UMR 7354 DRES (Droit, religion, entreprise et société)
Vous êtes ici : Accueil » Equipes » Religions et pluralisme » Religions et pluralisme

Religions et pluralisme


Responsables : Samim Akgönül & Anne-Laure Zwilling

Membres

Manifestations scientifiques

Ouvrages

Bibliographie


Cette équipe rassemble sociologues, politologues, anthropologues, théologiens, littéraires et juristes (sciences humaines et sociales des religions), autour des évolutions contemporaines du fait religieux et plus particulièrement du pluralisme religieux en Europe.

La recherche menée s’appuie à la fois sur la compétence reconnue de l’UMR dans ce domaine, sur le réseau international de recherche qu’elle a développé, ainsi que sur les produits documentaires qu’elle a mis en place.

Les membres de cette équipe étudient notamment les évolutions du religieux en Europe à partir de la modification des relations entre minorité(s) et majorité(s), de l’évolution des pratiques, des catégories et des discours, et des débats autour d’enseignement et religion.

- L’équipe est membre du Groupement d’Intérêt Scientifique SCIRTHES (Sciences des religions et théologie).

- Elle soutient également les travaux du GERPSE – Groupe d’étude sur les recherches et les pratiques spirituelles émergentes.

- Elle prend part aussi aux travaux d’un groupe de travail du GREPH (Groupe de recherches et d’études en théologie pratique et hérméneutique) sur « religion et nouvelles conjugalités ».

Axe 1 Minorités et religions (Resp. Samim Akgönül)

1.1 Nouvelles minorités

Poursuivant la recherche sur les minorités religieuses, sur lesquelles l’équipe a maintenant acquis une expertise reconnue, l’équipe Religions au miroir du pluralisme projette de se concentrer pendant le prochain contrat de recherche sur le concept de « nouvelles minorités ». La sociologie des minorités actuelle inclut sous ce vocable quatre réalités sociologiques différentes :
- des minorités ethniques, religieuses, linguistiques et/ou nationales, apparues suite aux changements de frontières notamment (mais pas exclusivement) en Europe de l’Est (par exemple le cas de l’ex-Yougoslavie) ;
- des groupes ayant toujours existé, mais qui sont entrés dans une démarche de prise de conscience identitaire et de demande de droits (par exemple les groupes LGBT ou les athées organisés) ;
- des adeptes des religions allogènes en Occident, devenues désormais religions locales, telles que les religions de l’Asie du Sud-Est ;
- enfin, depuis la déclaration d’Édimbourg de 2003, le terme « nouvelle minorité » recouvre également les groupes linguistiques et religieux issus des migrations qui, plus spécifiquement, réclament des droits religieux et une reconnaissance sociale.
Comme il ressort clairement de ces quatre interprétations, le concept de « nouvelle minorité » entre parfaitement dans les objets de recherche de l’équipe Religions au miroir du pluralisme. Ce travail a d’ailleurs déjà été commencé par l’une des doctorantes de l’équipe, Mme Nihal Eminoglu, qui a soutenu sa thèse de doctorat avec succès en 2015 sur ce sujet sous la direction de Samim Akgönül. L’équipe Religions au miroir du pluralisme prépare également pour 2017, avec l’aide de Mme Eminoglu, un colloque international où le concept sera débattu du point de vue de la sociologie, des sciences politiques et du droit.
L’équipe prévoit donc de poursuivre le travail d’analyse des évolutions récentes du paysage religieux, notamment en France, à la lumière de cet intérêt pour les « nouvelles minorités ».

1.2. Athéisme

L’une des dimensions de ce travail sur les « nouvelles minorités » sera aussi l’athéisme comme minorité religieuse. Samim Akgönül travaillera sur les mouvements athées dans les pays musulmans, notamment en Turquie et en Egypte, mouvements qui deviennent paradoxalement plus visibles avec l’islamisation
rampante de ces deux sociétés, et ce, en vue de la préparation d’un ouvrage collectif. La question de l’athéisme a été l’objet du colloque AFSR de 2016, pour lequel l’équipe a fait partie du comité d’organisation ; la publication des actes de ce colloque est en cours (Presses universitaires de Rennes).
Tout au long de la dernière décennie, les minorités religieuses en Europe ont suscité de nouvelles dispositions à la fois techniques, comme le nouveau statut de l’islam en Autriche, et sociologiques, comme la question de la visibilité islamique dans la plupart des pays occidentaux. Ainsi, nous sommes témoins d’un mouvement double.
D’une part, les sociétés majoritaires en Europe tentent de trouver des moyens d’inclure les minorités religieuses, notamment musulmanes, soit en reconnaissant les catégories comme c’est le cas en Belgique ou Autriche, soit en imposant des règles d’invisibilité comme en France. Dans les deux cas, il existe d’importantes préoccupations sécuritaires face à des mouvements de radicalisation.
D’autre part, ces mêmes minorités évoluent dans leur comportement et même dans leur discours religieux, pour s’adapter au contexte minoritaire comme c’est le cas dans les débats de « fiqh de minorité » en ce qui concerne les musulmans notamment en Angleterre.
Durant les quatre années à venir, l’équipe Religions au miroir du pluralisme tentera également de suivre ces évolutions sociologiques et politiques dans une perspective comparative.

Axe 2 Evolutions religieuses, valeurs et appartenances (Resp. Anne-Laure Zwilling)

Le deuxième volet du projet de recherche concerne l’évolution des valeurs et appartenances religieuses. Ces deux volets ne sont pas distincts ; ils se rejoignent, tant l’appartenance et les valeurs religieuses sont au coeur des religions minoritaires, mais également tant la pluralité religieuse, dont les religions minoritaires
sont le révélateur, questionne l’appartenance et les valeurs.
Or, de plus en plus fréquemment, les questions d’éthique sexuelle (homosexualité, mariage, procréation…) se révèlent un point de clivage, non seulement entre religions, mais également à l’intérieur d’un même groupe religieux. L’équipe Religions au miroir du pluralisme, notamment par un travail en cours sur l’évolution des conjugalités, prendra en compte également ces interrogations, ce qui constituera l’interface entre les deux volets du projet, l’un sur les minorités religieuses et l’autre sur l’évolution des discours, valeurs et appartenances religieuses.

2.1 Valeurs et appartenances religieuses

Le deuxième volet, en effet, concerne d’abord l’évolution des valeurs et appartenances religieuses. Cette partie s’appuie notamment sur un projet d’enquête sur les valeurs et l’appartenance, pour lequel un financement ANR a été demandé.
Les formes et contenus des appartenances et valeurs religieuses en France ont subi de profondes transformations au cours du siècle dernier, avec une accélération sensible au tournant du 21e siècle. La fluidité des repères sociaux et culturels en contexte de modernité entraîne celle des appartenances et des confessions, un mouvement qui accompagne l’individualisation et la diversification des trajectoires
religieuses. Dans le même temps, les identités qui s’affichent en opposition à la religion, statistiquement en hausse, forment également une mosaïque de catégories au potentiel identificatoire fort, en tension avec les traditions religieuses historiques en particulier en Occident et en France. Dans ce nouveau paysage religieux, une place toujours plus importante est prise par les minorités, dans un paysage où les identités, les croyances et les pratiques peuvent se superposer mais aussi se disjoindre. Le projet vise à répertorier les énoncés et signes d’appartenance, et les restituer aux différents contextes d’usage et de production ; ensuite, à identifier les expressions des valeurs et des appartenances à des logiques identitaires que les premiers contribuent à révéler.
Basée sur un dispositif d’enquête adapté, qui mêle les sources quantitatives et qualitatives, ce projet ANR entend donner des grilles d’analyses qui rendent compte de la complexité actuelle du paysage religieux. Il entend également mieux cerner les différents groupes religieux en France, dans leur rapport aux valeurs comme dans leur importance numérique.

2.2 Evolutions des discours, pratiques et visibilités religieuses

Cette vaste enquête sera complétée par un suivi de l’évolution des discours et pratiques religieuses, à partir d’une attention portée notamment :
- aux sorties de religion : leur évolution quantitative, leur reconnaissance juridique, sociale et religieuse, leur prise en compte par les groupes confessionnels notamment au regard des radicalisations religieuses ;
- aux pratiques alimentaires et à leur évolution contemporaine, notamment dans le cadre d’un projet de recherche « banquet » ayant pour objet une approche pluridisciplinaire des prescriptions religieuses alimentaires, et via la thématique de travail du GIS SCIRTHES « alimentation et religion » ;
- aux questions de visibilité de la religion dans la sphère publique, au défi notamment des changements qu’apportent les NTIC à la compréhension, à la définition et au rapport entre sphères « privées » et « publiques », et au défi des évolutions récentes de la relation des individus au religieux.

CNRS         UNISTRA


Ressources

WebmailWebmail    BibliothèqueBibliothèque    E.N.T.E.N.T.

Equipes

Droits et religions

Religions et pluralisme

Droit des affaires

Droit social


S'abonner aux flux Rss

RSS 2.0Dres            RSS 2.0Actualités
2013 - 2018 - UMR 7354 DRES (Droit, religion, entreprise et société) | Crédits et mentions légales | Contact