UMR 7354 DRES (Droit, religion, entreprise et société)
Vous êtes ici : Accueil » Présentation » Présentation

Présentation


L’UMR 7354 Droit, Religion, Entreprise et Société, créée le 1er janvier 2013, résulte de la fusion de deux entités : l’équipe SDRE (rattachée jusqu’en 2013 à l’UMR PRISME) et le Centre du Droit de l’entreprise (EA 3397).

L’UMR DRES compte 48 membres permanents (au 30/06/2016) : 38 enseignants-chercheurs, 4 chercheurs CNRS et 6 personnels de soutien à la recherche. L’unité accueille 71 doctorants et un enseignant-chercheur en délégation CNRS. L’UMR accueille 5 formations de niveau Master et des diplômes d’université en lien avec les thématiques de rechercher de l’unité.

Organigramme

Espace de recherche original au regard de la diversité des disciplines qu’elle regroupe en une unique entité, l’UMR qui est composée majoritairement de juristes, compte aussi des théologiens, des sociologues et des politologues. En outre, différentes disciplines juridiques, droit social, droit des affaires, droit des religions, histoire du droit, sont représentées dans l’unité. Une telle conjonction de matières représente l’atout majeur de l’unité et sa force à l’égard notamment des partenaires étrangers ignorant le cloisonnement disciplinaire. DRES illustre parfaitement la différenciation et la spécialisation des sites voulues par le CNRS et l’Université.

Compte tenu de cette forte spécificité de l’UMR, l’activité de recherche se déploie de manière très lisible dans deux directions complémentaires :

1) Des recherches transversales

Mettant à profit cette opportunité rare de travailler dans un contexte pluridisciplinaire qui permet de croiser des méthodes et d’appréhender des problématiques complexes dans leur réalité globale, les membres de l’UMR développent des recherches transversales, fédératives et structurantes, sollicitant les diverses spécialités. Le champ scientifique de l’UMR couvre les quatre concepts contenus dans le nom de l’unité et se développe autour de trois axes forts parcourus collectivement :

-  Les enjeux juridiques et sociétaux du fait religieux
-  L’éthique et la responsabilité des entreprises
-  Le rapport d’autorité

2) Des recherches disciplinaires

Les disciplines principalement juridiques sont très clairement identifiées dans l’UMR. Leur visibilité est assurée grâce aux cinq équipes internes, auxquelles sont, pour certaines, adossés des masters 2. Car avec ses 5 formations de master et ses 71 doctorants, l’UMR est également un espace d’enseignement et de formation doctorale. Les équipes internes portent par ailleurs leur propre projet dans le champ disciplinaire concerné.

Au titre de la valorisation, l’UMR met à la disposition de la communauté scientifique des produits documentaires au contenu inédit, qui proposent des informations juridiques et sociologiques sur les religions en Europe. Ils participent de la visibilité de l’UMR et contribuent à renforcer notre excellence dans le champ des études sur le religieux.
A cela il faut ajouter la participation de l’équipe de droit social à l’alimentation de la base de données www.dialogue-social.fr qui suit les évolutions législatives et réglementaires en matière d’emploi des seniors.

Le soutien et l’appui à la recherche sont assurés par des services communs : budget/finances, informatique, communication. L’UMR est membre de la Fédération de recherche L’Europe en mutation : histoire, droit, économie et identités culturelles et de deux groupements d’intérêt scientifique : le GIS Mondes germaniques et le GIS Sciences des religions et théologie à Strasbourg.

L’UMR a obtenu un nombre très conséquent d’Initiatives d’excellence (IdEx) dans le cadre des Investissements d’Avenir : deux IdEx du programme « Attractivité » (IdEx RSE/O, K. Martin-Chenut et R. de Quenaudon ; IdEx Circoncision Rituelle, V. Fortier) ; un IdEx du programme « Ecole d’été » (« Le rapport d’autorité », V. Fortier) ; deux IdEx du programme « Sciences en société » (« Les toiles de la laïcité », V. Fortier, A . Fornerod et F. Curtit) ; un Prix « Espoirs » de l’Université de Strasbourg (Mélanie Schmitt) ; un PEPS-IdEx Premier soutien (J. Lasserre-Capdeville).

Du côté des financements européens, dans le cadre de l’appel à projet européen du programme « Prevention and fight against crime » initié par la Commission européenne, Chantal Cutajar a obtenu la création du Collège Européen des Investigations Financières et de l’Analyse financière Criminelle (CEIFAC).

CNRS         UNISTRA


Ressources

WebmailWebmail    BibliothèqueBibliothèque    E.N.T.E.N.T.

Equipes

Droits et religions

Religions et pluralisme

Responsabilité sociale de l’entreprise

Droit des affaires

Droit social


S'abonner aux flux Rss

RSS 2.0Dres            RSS 2.0Actualités
2013 - 2017 - UMR 7354 DRES (Droit, religion, entreprise et société) | Crédits et mentions légales